lundi, décembre 31, 2007

Souvenirs victoriens

Par Jacques Rancourt
Au pays des souvenirs
Mes autres poèmes


Il a failli faire tomber la tombe de tante Élise
Il revenait d’une recherche vaine des vestiges de son enfance
Il tenait à dire la prière au chevet de sa grande sœur
"Je te salue Élise pleine de grâce le Seigneur est avec moi..."
À moitié couché sur la tombe il s’enfargeait dans ses mots

Et ce matin d’automne couché sur un banc à Florence
Toujours dans son imperméable laissant dépasser les flacons
Ne voulait pas déranger et se devait de se dégriser un peu
Un peu de mangeaille mon frère insistait la grande sœur Florence

Et ce midi Bible en main arpentant la maison du neveu
Déclarant qu’il voulait devenir Premier Ministre du Québec
Avec l’aide d’une ancienne supposée flamme jadis connue
Personne n’aurait pu l’empêcher de croire à son futur destin

Fils raté d’une époque où il fallait forger à la dure son destin
Fils égaré parmi ses proches trop nombreux à survivre
Loin de sa terre natale il alla souder d’autres liens
Instable il tergiversait entre l’anglophone et le francophone

Lassé par les vicissitudes de son existence il se noyait dans l’alcool
Les neurones le lâchèrent et il croupit alors dans un mouroir
Triste destin pour un homme sensible et capable de bâtir
Égaré dans un monde nouveau il avait perdu ses repères
Maintenant il revoit dans sa tête toujours le même film

1 commentaire:

guy a dit...

L'oncle Victor (chez les Champagne) tout comme l'oncle Gonzague, ton parrain (chez les Rancourt) sont un peu nos "héros", du moins pour Michel et moi, car leur destin hors norme alimentait notre imaginaire.
Notre paternel si conservateur et si discret ne permettait pas pareilles dérives...
Le portrait de l'oncle Victor est assez fidèle de ma perception...
Destin tragique causé en grande partie par l'abus d'alcool et la passion du jeu.