vendredi, mars 28, 2008

Au pied de son arbre

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes


Je me suis réveillé en sursaut
Le cœur battait très fort
Étrange rêve pour un mortel
Et si c’était pourtant vrai

J’étais dans une situation inextricable
Je ne voyais aucune sortie possible
La confusion la plus totale régnait
Aucun sauveur à l’horizon

Je me devais d’agir sinon tout était foutu
La prière et les incantations ne servaient à rien
Il fallait une solution à la mesure de l’obstacle
Les recettes du passé ne pouvaient plus servir

Le mortel tremble devant l’inconnu
Il s’invente un dieu pour se sécuriser
La pensée magique qui devrait tout régler
L’abdication de sa mortelle responsabilité

Alors le mortel se réveille en sursaut
Son cœur bat à tout rompre
Il s’imagine que c’est un rêve
Ses proches ne peuvent rien pour lui

Une envie soudaine de fuir le surprend
S’il oubliait tout dans une lointaine contrée
Pas facile de rester assis au pied de son arbre
S’il s’entendait dire que la réponse est pourtant là


1 commentaire:

Richard a dit...

Salut Blogueur,

Est-ce un rêve prémonitoire...?

Seule notre pensée peut nous mettre dans tous nos états si nous en perdions le contrôle...d'où l'envie de fuir..mais fuir qui? quoi? pourquoi?

Ce poème me permet de me mettre dans la peau d'une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer, d'un acv majeur ou d'une démence.

Qu'est ce qui se passe dans leur pensée...? A t-elle le goût de fuir? Peut-elle se rendre compte de sa confusion? Qu'en est-il de sa juste perception des choses et des personnes dans son environnement? Peut-elle craindre le passage de sa vie à une autre vie?

Ton rêve est tout à fait réaliste s'il demeure un rêve...mais pour ceux et celles qui vivent ce drame tous les jours, la fuite n'est pas possible.

Les recettes du passé ne servent plus...

Bravo!