samedi, février 21, 2009

Mont Thabor

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes

Encore une fois j’escalade le Mont Thabor
Encore une fois je vais me transfigurer
Encore une fois je ferai un Obama de moi
Encore une fois je me dois de les méduser

Il leur faut du surnaturel
Il faut les faire rêver
Il faut s’élever
Il faut

Mais je commence à être tanné
Mais je me passerais de ces facéties
Mais je n’ai pas le choix
Ils attendent trop de moi

Alors je me transfigurerai
Je leur dirai n’importe quoi
Ils ont foi en moi
Que voulez-vous
Je dois assumer mon destin

Si je les déçois, c’est évident
Qu’ils vont me crucifier
Qu’ils vont me calomnier
Qu’ils vont me rejeter

Pas un instant à perdre
Vite au sommet du Mont Thabor
Qu’ils s’approchent
Il faut que la prophétie se réalise

2 commentaires:

Richard a dit...

Oui blogueur, cette allusion à l'Obamanie a une ressemblance, il finira aussi par une crucifixion en "Obamagate"...au terme de son deuxième mandat.

Oui, le nouveau sauveur du monde a réussi cette semaine a libérer Harper du boulet Bush, et a l'alligner plus au centre dans sa gouvernance. Pourra-t-il en faire autant dans les pays musulmans?

Tu as écrit ce que j'avais en tête ce jeudi pour exprimer mon opinion dans le quotidien que tu lis attentivement....

Laissons le nouveau Sauveur rendre plus humain le monde des guerriers.

Bravo

guy a dit...

Le Mont Thabor?
Il y a si longtemps que je n'ai pas entendu prononcer ce nom! Depuis plus de 50 ans, peut-être, alors que l'on nous inculquait des rudiments d'Histoire Sainte! (rires)
Je lis ceci sur Wikipedia :

"Du haut de ses 588 mètres, le mont Tabor domine les vallées alentour. Le voyageur Green le décrit ainsi, lors de son périple en 1854 :
« Le Tabor ressemble à un autel surélevé, que Dieu aurait construit en son propre honneur. De part sa forme particulière et sa situation, il semble déclamer de toute sa puissance un chant pétri de sensibilité. Tous ceux qui s'en approchent sont soudain envoutés. »
Mont mythique par excellence en Galilée...Que ce soit d'Abraham en passant par Moïse, Jésus ou...Obama! (rires), ton poème met l'accent sur cette obsession de trouver absolument un "MESSIE" en temps de crise. Pattern universel, en somme. Belle réflexion!