jeudi, octobre 12, 2006

Déserte et désertée


Photo : Église de Saint-Benjamin dans la Beauce québécoise

Fatigué de parcourir la planète
Assourdi par le bruit des bombes
Matraqué par les parasites de la société
Terrassé par la brute humaine
J’entrai dans une église

Déserte, elle était
Indifférente aux soubresauts de mon être
Éloignée de toutes mes préoccupations
Silencieuse aux tergiversions de mon époque
Je constatai le vide dans cette église

À la surface remontèrent les souvenirs
Une église pleine à craquer
Un curé prônant et trônant
Des fidèles courbés et repentants
Une église qui avait réponse à tout


Désertée et déserte
Rongée par un silence creux
Minée par l’impuissance
Un gouffre ecclésial sans fond
Je sentis la pesanteur des âmes esseulées


Je m’éloignai de cette église déserte
Je marchai dans des routes tortueuses
Je traversai les mers et les océans
Je visitai les planètes de ma galaxie
J’ai observé, j’ai noté, j’ai constaté

Ce que j’ai appris
Ce que j’ai vécu
Ce qui dépasse l’entendement
Ce qui te fait passer pour un fou
Tu ne le trouveras pas dans une église déserte



1 commentaire:

guy a dit...

Silence, vide et recueillement. Église d'autrefois, église d'aujourd'hui, autre temps et autre moeurs. Les curés, rabbins et imams comme guides ou SA propre conscience face aux vrais problèmes du monde??? Réflexion décapante sur l'aliénation religieuse...