mardi, avril 24, 2007

J’arrive

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes

J’arrive

Toi qui seras mon futur toit pour les ans à venir
Toi qui me verras tranquillement vieillir
Toi qui me verras outrageusement souffrir
Toi qui me verras probablement mourir

Tu deviens ma nouvelle demeure
Tu seras le cocon où j’aimerai me bercer
Tu seras le théâtre de mes errances poétiques
Tu seras de nouveau l’hôte des parents et amis

Je veux te remplir d’une saine sérénité
Je veux te garantir une certaine sagesse
Je veux dépasser l’observable et l’éphémère
Je veux y bercer les amours de ma bien-aimée

Sois un lieu propice à l’intériorité
Sois l’oasis qui m’apportera la sainte paix
Sois le futur point d’ancrage de ce qui ne se voit pas
Maison, façonne-moi des souvenirs inoubliables

2 commentaires:

guy a dit...

66e poème en 2007!
Tu es productif mon frère!
"J'arrive" presque plus à te suivre! (rires)
Vivre, c'est apprendre à mourir un peu à tous les jours!
Vivre, c'est apprendre à larguer notre cargaison de souvenirs!
Vivre, c'est relever d'autres défis!
Vivre, c'est tenter d'autres aventures!
Vivre, c'est créer, rêver, aimer et jouir de l'instant qui fuit!
Poème inspirant et qui montre que tu croques encore dans la vie à pleines dents!

Cyrille a dit...

Quel beau poème!
Difficile de ne pas penser à la célèbre chanson de
Jacques... Brel! "J'ARRIVE"


J'arrive de Jacques Brel


De chrysanthèmes en chrysanthèmes
Nos amitiés sont en partance
De chrysanthèmes en chrysanthèmes
La mort potence nos dulcinées
De chrysanthèmes en chrysanthèmes
Les autres fleurs font ce qu'elles peuvent
De chrysanthèmes en chrysanthèmes
Les hommes pleurent les femmes pleuvent

J'arrive j'arrive
Mais qu'est-ce que j'aurais bien aimé
Encore une fois traîner mes os
Jusqu'au soleil jusqu'à l'été
Jusqu'à demain jusqu'au printemps
J'arrive, j'arrive
Mais qu'est-ce que j'aurais bien aimé
Encore une fois voir si le fleuve
Est encore fleuve voir si le port
Est encore port m'y voir encore
J'arrive j'arrive
Mais pourquoi moi pourquoi maintenant
Pourquoi déjà et où aller
J'arrive bien sûr, j'arrive
N'ai-je jamais rien fait d'autre qu'arriver

De chrysanthèmes en chrysanthèmes
A chaque fois plus solitaire
De chrysanthèmes en chrysanthèmes
A chaque fois surnuméraire
J'arrive j'arrive
Mais qu'est-ce que j'aurais bien aimé
Encore une fois prendre un amour
Comme on prend le train pour plus être seul
Pour être ailleurs pour être bien
J'arrive j'arrive
Mais qu'est-ce que j'aurais bien aimé
Encore une fois remplir d'étoiles
Un corps qui tremble et tomber mort
Brûlé d'amour le cœur en cendres
J'arrive j'arrive
C'est même pas toi qui est en avance
C'est déjà moi qui suis en retard
J'arrive, bien sûr j'arrive
N'ai-je jamais rien fait d'autre qu'arriver.