mercredi, mai 02, 2007

Monologues d’une tige

Par Jacques Rancourt
Monologues
Mes autres poèmes
Monologues d’une tige

Pas facile d’être une tige
On me coupe à l’automne
Je retige au printemps
On m’émonde à l’été

Rôle ingrat que d’être une tige
Ce n’est pas moi qu’on admire
C’est la belle fleur que je porte
Que serait-elle sans ma tige

Pas facile non plus pour le métal
Condamné à être une tige
Condamné à supporter des structures
Condamné à supporter le temps et la rouille

Supporter ces feuilles qui te font de l’ombre
Supporter ces bibittes qui te grugent
Supporter les coups de pieds
Supporter le vent et la sécheresse

Tige ignorée
Tige abandonnée
Tige bafouée
Tige incontournable

J’entends vos rires
J’entends vos sarcasmes
Ne riez pas trop vite
Je suis la copie de votre société

2 commentaires:

Cyrille a dit...

Pas facile la vie d'une tige!
Pièce maîtresse et morceau essentiel de toute structure...mais rôle effacé et réduit au "cheap labor" de notre monde où le clinquant et l'apparence trônent en roi et maître!

tseaparis a dit...

j'ai utilisé votre poème sur mon blog

http://tseaparis.numeriblog.fr/carnetdesjardinsdudes/2008/10/monologues-dune.html