mercredi, octobre 08, 2008

Trois mètres de liberté

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes
Attachée à une corde de trois mètres
Liberté ainsi contrôlée sur le patio
Pièces interdites dans la maison
Qui viendra me parler d’aventures
Moi la captive persane beauceronne

Adieu oiseaux rats et autres reptiles
Surveiller quelques mouches étourdies
Voilà mes seules aventures sur le patio
Je lorgne de loin les oiseaux aux mangeoires
Qui viendra couper cette maudite corde

L’aventure de la maternité quelle farce
On m’a enlevé mes ovaires
On ne me voulait pas en chaleur
On m’enlève cette extraordinaire aventure
Celle de donner la vie et de l’amour

Me faire les ongles sur les meubles
À oublier pour toujours et à jamais
On m’a dégriffée et mutilée
L’autre jour j’ai plongé comme une conne
Parce que je n’avais plus mes griffes

Ne me parler pas de raconter une aventure
De faire vibrer les poètes de PoéSarts
Je leur en aurais mis plein la gueule avec mes aventures
Je leur aurais montré ce que c’est que d’être une Routarde
J’aurais sillonné le Nord de l’Angleterre
J’aurais rêvassé en Provence
J’aurais parcouru la Corse
Je me serais étourdie en Perse
Mais je n’ai que trois mètres de liberté


6 commentaires:

Cyrille a dit...

Héhéhé!
J'adore cette réflexion persane!
Le prix de la liberté ou de la domestiquité!?
Ça nous ramène au fabuliste Jean de La Fontaine : "Le loup et le chien"!
Comme elle est mignonne la petite Capucine!
Hihihi!
Pas facile d'être tenu en laisse!

Richard a dit...

En fait, pourquoi posséder une chatte? Si ce n'est que pour lui couper sa liberté.....

Jacques Rancourt a dit...

Richard,

On possède une chatte comme on possède un gouvernement conservateur qui veut emprisonner les jeunes de 14 ans et censurer le milieu culturel. Quant à Stéphane Dion, il aime le Québec en autant qu'il puisse le tenir en laisse un peu comme ma chatte.

Ma chatte vit un peu comme le Québec i.e. avec une liberté contrôlée. Le Canada anglais aime le Québec, mais avec une laisse. S'il veut couper la corde, alors on s'énerve... Cela prend vite une loi sur la clarté référendaire.

Richard a dit...

Là cher blogueur tu as frappé fort en terme de comparaison...je ne croyais pas avoir ouvert une porte aussi grande.

J'aime bien ces commentaires, je vais sans doute réfléchir sur ces aspects et même songer à m'acheter une chatte pour mieux comprendre les dures réalités

guy a dit...

hihihi!
Ta réponse est assez percutante et le parallélisme assez exact!
Ça me rappelle l'essai ou le court pamphlet d'Étienne de la Boétie in "Discours sur la servitude volontaire"...Les tyrans adorent le peuple lorsqu'il est à genoux! (rires)
Le Canada anglais aime et adore le Québec lorsqu'il sait se taire ou parler comme eux...et surtout, qu'il ne remette jamais en cause les vertus et les supposés bienfaits du...fédéralisme!
Oui, je crois que le Québec est sous liberté contrôlée politiquement et économiquement!
Et...il n'y a que les "artistes" qui chialent! (rires)

guy a dit...

En lisant plusieurs des recueils de poèmes d'Anna de Noailles, voici un poème qui me fait penser à ta petite chatte persane Capucine :

Chatte persane

La chambre, où l'été monotone
Confine les ors de sa gloire.
Une brise tiède frissonne
Et creuse d'argentines moires
Sur la chatte aux yeux de démone
Qui, sournoise et longue, vient boire
Dans le vase des anémones?

(Anna de NOAILLES, Derniers vers et Poèmes d'enfance, 1934)