jeudi, décembre 11, 2008

Sapin des fêtes

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes

Je viens de me faire passer un sapin
On ne veut plus de mon ancestral
Nom de sapin de Noël
On le remplace par sapin des fêtes

Cela fait plus politiquement correct
Je suis la victime de l’ère
Post-accommodement raisonnable
Je suis un roi des forêts déchu
Plus question d’être associé
À une fête chrétienne selon eux

Il faut ménager certaines sensibilités
On renie mon histoire dans ce grand pays
Au diable les traditions et l’identité

Je suis un sapin bien accommodant
Mais n’approchez pas trop
J’ai encore des aiguilles


4 commentaires:

Richard a dit...

Oui blogueur, le 11 décembre passera à l'histoire concernant le mot " Sapin de Noël..." devant l'Assemblée Nationale du Québec.

Que de noms pour le définir:

Le conifère illuminé...
Le grand sapin des fêtes...
Le résineux enguirlandé...
L'arbre....
Le sapin des fêtes...

À Ottawa, une chorale à laissé tomber le mot " Noël " d'un cantique pour être plus inclusif.

À Oxford, Grande-Bretagne, le mot " Noël " est bani du calendrier scolaire pour la même raison, il fut remplacé par célébrations festives...

À Montréal en 2007, le Père Noël n'est pas invité dans un centre de la petite enfance tous ne fêtent pas Noël selon leur religion...

Si je continue le moindrement mes recherches, je vais trouver une liste assez surprenante du camouflage de Noël...de quoi faire rugir ton Dépère Noël qui dans plusieurs de tes poèmes l'an passé t'avaient permis d'exprimer beaucoup tes états d'âme...

Cette année, je me suis servi d'une épinette, je l'ai très bien décoré pour égayer mon voisinage.
Devrais-je la nommer "Épinette illuminée " ? ou Épinette de Noël ?

Bravo...A+

Jacques Rancourt a dit...

Excellent commentaire Richard!

Un peuple qui se respecte ne peut renier sa culture, son histoire, son identité. Les immigrants sont très capables de comprendre qu'il faut respecter les traditions du pays qui les accueille.
On ne peut pas niveler tout et aseptiser toute une société.

Je viens de visiter le Vietnam. Ils ont la plupart un petit autel à l'entrée de leur maison où ils brûlent de l'encens et rendent un culte à la mémoire de leurs morts. Même s'ils ne pratiquent pas tous leur religion, ils gardent ces traces de leur culture religieuse.

Pourquoi le Québec ou le Canada ne ferait pas de même. Dans mon salon trône un sapin de Noël et il sera maintenant et pour toujours un sapin de Noël tant que je vivrai.

guy a dit...

TO-TA-LE-MENT en accord avec les 2 commentaires de Richard et de Jacques!
Pour moi l'agnostique et l'athée, le sapin, l'épinette ou l'arbre de Noël trônera toujours sous cet épithète et sur la même petite tribune de ma maison!

michel a dit...

Beau sapin mais je reconnais la dame près du sapin de Noël.
En effet tout à fait d'accord pour garder cette tradition en cette période de l'année.
Car si c'est ''sapin des fêtes'', cela peut être une fête ou des fêtes autant en été qu'en hiver.On pouvait dire sapin des fêtes lors du 400 ième de la ville de Québec.Mais en décembre, c'est bien notre sapin de Noël.