lundi, janvier 12, 2009

Olinda

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes

La belle Olinda
Avec ses sept collines
Elle fait sa belle face à Recife
Dans le soleil matinal brésilien

J’ai visité ton ancien marché aux esclaves
Jadis on marchandait les humains
Mais dans les champs de canne à sucre
Je vis ces Nordestinos mourir à la tâche

Olinda si belle
Si laide la misère humaine
Ce gouffre qui sépare le riche et le pauvre
Même Lula peine à le combler

Olinda et sa joie de vivre
J’ai marché dans tes rues l’âme triste
Mais les éclats de rire das criancas
Me font espérer contre toute espérance
Espero que um dia vou gritar minha alegria

1 commentaire:

guy a dit...

Pauvreté versus richesse
beauté versus laideur
espoir versus désespoir
mais j'entends ce cri d'espoir :
"Espero que um dia vou criar minha alegria"!
Oui, j'entends ce "cri de joie et de félicité" d'ici entre mes glaciers et mes froidures nordiques!
Tes poèmes sont autant de cris de haine et de joie :
haine face à toutes les injustices
et joie face à tous nos petits gains et petites victoires pour rendre ce monde meilleur!