mercredi, mars 12, 2008

Les yeux vers le ciel

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes

Chaque fois que je lève les yeux
Pour contempler les étoiles
Pour fuir la turbulence des humains
Je relativise vraiment tout
Je trouve une paix profonde

Vos drames sentimentaux
Vos échecs professionnels
Vos trahisons et vos humiliations
Combien tout est relativisé
Quand vous levez les yeux vers le ciel

Pourquoi je suis né
Pourquoi je souffre
Pourquoi je vis
Pourquoi je vais mourir
Voilà autant de raisons
Pour lever les yeux vers le ciel

Les grands espaces sidéraux
Les milliards d’étoiles
Les trous noirs
La terre et le temps
L’amour et les humains
Moi et ma conscience

2 commentaires:

cyrille a dit...

Poème aux antipodes de Blaise Pascal :

« Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie »

Pas de peur ni de frayeur devant ces espaces sidéraux chez toi!

Seulement le calme, la beauté, la sagesse!

Je préfère de loin la vision de ton poème à celle qui se dégage de la maxime de Pascal!

Richard a dit...

Salut blogueur,

Ce poème est tout à fait à l'opposé de celui des glaçons sur la corde à linge en hiver...

J'aime beaucoup le lien entre tes questionnements et l'espace.

Nous, êtres humains, résidants d'un atome terrestre situé quelque part dans ce grand Univers...avons de quoi a questionner notre existance, n'est-ce pas?

N'avons-nous pas envie d'imaginer notre existance dans un autre monde sans frontières...?

Bravo !